Défendre le service public et à porter une politique ambitieuse et solidaire pour les mobilités

La Fédération PS du Val-de-Marne appelle à défendre le service public
et à porter une politique ambitieuse et solidaire pour les mobilités.

Créteil, le 10 avril 2018

Depuis son élection, le tandem libéral et technocratique Macron-Philippe veille avec méthode et minutie à déconstruire le service public dans notre pays, au détriment des plus fragiles d’entre nous.
La grogne et la colère montent chez les agents publics - les personnels des EHPAD, des hôpitaux, de l’enseignement, des prisons, etc. – qui constatent directement la réduction drastique des investissements dans le service public. Elles grondent également chez d’autres salariés : Air-France, Carrefour, les éboueurs, et les étudiants.
Dernière illustration : la réforme de la SNCF visant à réduire la dette, supprimer le statut du cheminot et transformer la SNCF en société anonyme par actions, ce qui ouvrirait la voie à la privatisation. La directive européenne sur le « quatrième paquet ferroviaire » offre bien d’autres alternatives que la voie libérale choisie sans aucune concertation par le Gouvernement. Cette directive n’évoque nullement le statut de la SNCF ou des cheminots - et encore moins de la question de la dette de la SNCF.

Le recours aux ordonnances pour imposer un calendrier qui ne sert que la logique présidentielle de libéralisation du chemin de fer est par ailleurs le reflet de la regrettable confusion entre vitesse et précipitation du Gouvernement.

Cette absence totale de concertation avec les personnels, les partenaires sociaux, les élus locaux et surtout, le mépris du Parlement est le reflet de l’autoritarisme de la Majorité présidentielle et gouvernementale.

La Fédération du Val-de-Marne du Parti socialiste appelle à s’opposer à la casse inéluctable du service public et de l’intérêt général, ici matérialisée par le démantèlement programmé de la SNCF, mais ailleurs caractérisée par l’affaissement et la dissolution de ce qui nous permet de faire société au quotidien, des EHPAD aux universités.